EPR: les soudeurs sont aussi les gardiens de notre souveraineté

Au moins dix ans de retard et un devis initial multiplié par plus de trois. La saga de l’EPR, le réacteur nucléaire français de nouvelle génération, n’en finit plus. C’est consternant. Ce jeudi, l’Autorité de sûreté nucléaire a demandé à EDF de reprendre huit soudures du réacteur de Flamanville (Manche). Huit soudures, certes de haute technicité, mais huit malheureuses soudures qui n’ont pas été réalisées selon les normes exigées. Il ne s’agit pas d’une simple péripétie industrielle.

On touche du doigt un mal profond qui pourrait affecter gravement notre pays : la perte de compétence technique