Au Venezuela, Nicolas Maduro proclamé vainqueur d’une présidentielle contestée.

Il existe des pays où, en dépit de l’organisation d’une élection, le bulletin de vote n’a guère de sens. Le Venezuela est de ceux-là. Cela ne veut pas dire que le pouvoir qui organise le scrutin n’a pas de partisans – le mouvement chaviste vénézuélien est en l’occurrence loin d’être mort –, mais cela signifie que l’électeur ne se fait aucune illusion sur son pouvoir de citoyen. Le président sortant, Nicolas Maduro, successeur en 2013 du « Commandant suprême de la révolution bolivarienne » Hugo Chavez, a été proclamé vainqueur de la présidentielle du dimanche 20 mai avec 67,7 % des voix. Il a été réélu pour six ans.